04/08/2006

découvrir

découvrir la brute avinée

et voir naître le poète maudit

 

ou

 

n'est-ce que la face ravinée

du maître éconduit?

 

maître de quoi, de qui?

de ses pulsions mutilées?

 

errer

dans son monde

et rêver

du vôtre

 

où je me vautre

en tribun déchut

de sa toge

nu

comme à l'aube

d'une vie inutile

 

le passage

irrémédiable

à l'autre phase

 

n'a pas de goût

n'a pas de sel

 

n'a pas d'élan

 

douce amie

...

qui ne comprenait

pas

rien

à l'humain

tu as franchi un pas

de trop

 

et nous sommes là

éblouis de soleil

suants de malaise

 

engoncés de bien-être

 

....
dort

en paix

comme ils disent

 

et je veille

pour répondre

à tout autre appel

improbable

 

des solitaires

des esseulés

des éperdus

 

je veille

comme

?

comment disait-il

le poète ?

 

comme "les veilleurs de chagrin"

 

c'est cela

 

je veille

sur le chagrin

des vies

qui m'entoure

qui m'envahit

 

je veille

et je bois

 

pour oublier

de n'avoir pas été là

 

...

tu m'emmerdes!

 

...

je t'aimais

insuffisamment

 

sans le dire

sans le montrer

 

et j'en crève

 

...

tu m'as rappelé

que la vie

a son prix

 

être présent

aux autres

comme la

sardine est à l'huile

 

...

tu ne devais pas

partir

pour donner

cette leçon

 

...

où es-tu à présent?

 

rêveuse de mondes

peintre des rêves

 

dans cet univers

du tout-dit

 

mais tout et rien

sont les deux

facettes

d'une même vie

 

non?

 

...

tu as talibanisé

nos vies

notre oubli

nous est pesant

 

...

tu nous fait survivre

dans un monde

d'absence

 

ton art

peut-être

nous donnera

 

l'envie

l'espoir

de renaître

à nous-mêmes

aux autres

 

mais Merde!

 

pourquoi t'as fait ça?!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

21:47 Écrit par C dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

laprase et rêver du votre

Écrit par : cm | 04/08/2006

J'ai en tête une chanson du disque "Abbacadrabra" depuis ce matin, ça parle de fée Carabosse et de tordre le cou...

Écrit par : Julie-tte | 07/08/2006

Les commentaires sont fermés.